i
Photo illustration: Daisy Korpics; Jonathan Tichler/Met Opera (Nézet-Séguin); gbrundin/Getty Images (music)

YANNICK PARMI LES 100 PERSONNES LES PLUS CRÉATIVES EN AFFAIRES selon fastcompany.com

À son arrivée au Metropolitan Opera de New York en septembre 2018, la première tâche de Yannick Nézet-Séguin consistait à trouver le moyen de rendre cette institution vieille de 135 ans culturellement pertinente - et ainsi de stabiliser la vente de billets - sans pour autant isoler ses fans les plus fidèles. «Nous devons annuler des décennies de préjugés à l’effet que l’opéra est une forme d’art réservée uniquement aux initiés», déclare le chef d’orchestre. À cette fin, il a commencé à inviter des étudiants en musique du secondaire à assister à des répétitions d'orchestre et à être encadrés par des musiciens, à la fois pour familiariser la nouvelle génération avec l'institution et pour aider le personnel du Met à «rester en contact avec les préoccupations et les aspirations des jeunes» (Il prépare des programmes similaires pour la conception des costumes et des décors.) Il a commandé deux opéras à des femmes - une étape importante dans l'histoire du Met - et des adaptations de romans modernes de Michael Chabon et George Saunders. Et si l’attrait du Met réside en partie dans le fait d’aller au légendaire Lincoln Center, cela peut être intimidant pour les nouveaux arrivants. Le Met organisera donc des représentations à effectifs réduits à la Brooklyn Academy of Music, à Central Park et dans d'autres arrondissements au-delà de New York au cours des prochaines saisons.

« Sous le charme de Yannick Nézet-Séguin »

M.J. Parent, Le Journal de Montréal