MET- Avant Don Carlos

Yannick recevra un Prix OPERA NEWS

L'éditeur en chef de la revue Opera News, M. F. Paul Driscoll, a annoncé aujourd'hui les récipiendaires des Prix «Opera News» pour l'année 2017. Cinq artistes, dont le chef Yannick Nézet-Séguin, seront honorés pour leur contribution majeure au monde de l'Opéra.

Le metteur en scène Robert Carsen, la soprano Christine Goerke, le ténor Matthew Polenzani et la mezzo-soprano Frederica von Stade recevront également cet honneur. Voici la courte biographie publiée à l'appui par la revue Opera News:

Yannick Nézet-Séguin: Le chef accompli a fait ses débuts au MET dans une nouvelle production de CARMEN en 2009. Les autres présences de ce chef originaire de Montréal incluent de nouvelles productions de DON CARLO (2010), FAUST (2011) et OTELLO (2014), ainsi que des reprises de LA TRAVIATA et de RUSALKA. Il est directeur musical et chef principal de l’Orchestre Métropolitain à Montréal depuis 2000, et poursuit sa neuvième saison comme directeur musical de l’Orchestre philharmonique de Rotterdam. Depuis 2012, Nézet-Séguin est directeur musical de l’Orchestre de Philadelphie. En 2016, Nézet-Séguin est nommé directeur musical du Metropolitan Opera, poste qu'il assumera pleinement en 2020-2021, succédant à James Levine. Nézet-Séguin dirigera sa première représentation de l’année au MET : DER FLIEGENDE HOLLÄNDER, en avril 2017.

L’éditeur digital Adams Wasserman le louange ainsi : «Sa maîtrise impeccable et sophistiquée d’œuvres canoniques a fait de Yannick Nézet-Séguin plus qu’un simple favori durant les huit saisons qui se sont écoulées depuis ses débuts au MET. Avec ses représentations enlevantes de CARMEN et de FAUST, le directeur musical désigné du MET s’est avéré un maître du style français, alors que ses représentations d’OTELLO, de DON CARLO et de LA TRAVIATA ont puisé dans l’énergie rythmique et le détail orchestral d’un Verdien suprême

MET: Saluts après une représentation de Rusalka

« Une qualité d'expression collective et individuelle jamais égalées encore dans le passé »

Claude Gingras, La Presse